Agenda

Agenda

milieux naturels

milieux naturels

Agriculture

Agriculture

Coups de coeur

Coups de coeur

Alimentation

Alimentation

paysans d'ici

paysans d'ici

Culture et société

Culture et société

éditos

éditos

Initiatives

Initiatives

Prospectives

Prospectives

Sous le feu de l’industrie sylvicole

par | 6 Fév 2024

Malforestation, coupe-rases, pressions des lobbies forestiers, contre-feux citoyens, la gestion de la forêt française est mise à mal à la lueur des tensions économiques et climatiques. Le point avec Canopée, ONG de protection des massifs forestiers.

Biotfuel-copyright-totalenergies

Dans les Pyrénées-Atlantiques aujourd’hui, c’est le grand remue-ménage autour de l’implantation de BioTJet, une usine de biocarburants qui vise à approvisionner le secteur aéronautique à partir de bois avec le soutien financier de l’ADEME ( l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Piloté par Elyse Energy et soutenu par la plus grosse coopérative forestière française Alliance forêt bois, le projet est censé produire du biokérosène, hybridé à l’hydrogène. Tout un programme.
Entre 300 000 et 600 000 tonnes de bois par an devraient donc être nécessaires pour alimenter l’équivalent de 30 % de la consommation annuelle d’un aéroport comme Bordeaux-Mérignac, soit moins d’1% des vols français. Prévue à l’horizon 2028, l’usine devrait attirer 700 emplois qui aiguisent les appétits sur cette proposition totalement ébouriffante. Bruno Doucet, chargé de campagne pour l’ONG de protection des forêts Canopée milite ardemment contre cette perspective: “Si l’on additionne les 400 000 tonnes de bois qui seraient nécessaires à l’approvisionnement de BioTJet aux 200 000 tonnes de bois qui sont déjà prélevées chaque année dans le département, cela représente 4,2% du volume total du bois des forêts du département, alors même que les forêts ne croissent que de 2,8% par an. Si ce projet venait à voir le jour, et que la récolte devenait supérieure à l’accroissement des forêts, les forêts des Pyrénées-Atlantiques pourraient donc être amenées à disparaître peu à peu pour alimenter lusine de biocarburant BioTJet.
Ce projet, exemplaire des « fausses bonnes idées » liées à la tension énergétique et la ressource renouvelable, tout du moins sur le papier, amène à examiner un massif en «malforestation »  aujourd’hui.

Une pression toujours plus forte sur la demande

Monoculture répliquée de la forêt des Landes, l’ensemble des forêts françaises souffre ainsi du manque de biodiversité qu’on lui inflige par des projets mangeurs de bois, pour alimenter ces mannes que sont les parquets, le bois-énergie, les pellets ou le papier principaux responsables des coupe rases du massif forestier.
« On en demande trop à la forêt, pondère Bruno Doucet. Des granulés de bois à la biomasse pour des centrales électriques, 60% des énergies renouvelables en France sont produites aujourd’hui par la biomasse et 60% c’est du bois, donc c’est pire en terme de Co2 que de brûler du pétrole. »
A cela, on y ajoute, les maladies, la sécheresse, les incendies qui fragilisent plus encore le massif. Et la forêt française semble bien mal en point.

L’Etat sans politique forestière établie

Alors à sa rescousse, l’Etat enjoint à planter des arbres, un milliard en 10 ans, seul imaginaire possible pour rééquilibrer nos appétits prédateurs en matière de bois, et remplir ses objectifs environnementaux à l’égard de l’Union européenne.
Seulement voilà. En plantant uniquement pour des fins productives, le gouvernement laisse au passage la biodiversité et le temps de reconstruction des forêts dans toute leur richesse.
Bruno Doucet le martèle « L’état ne veut pas arbitrer les demandes face aux ressources en analysant le marché et la demande juste nécessaire pour nos besoins. Tous les usages sont subventionnés et ça pèse sur l’ensemble du massif. Le puits de carbone, c’est à dire sa capacité à absorber le carbone produit, a été diminué par 2 ces dix dernières années. »

Bruno Doucet ONG Canopée. Tous droits réservés.

La politique forestière française se résume alors à aider et subventionner les groupes forestiers et les industriels du bois pour partie et communiquer sur le fait de planter des arbres.

Tous droits réservés

L’ONF perd son pouvoir de régulation

 L’Office National des Forêts quant à lui, ne gère que 25% des forêts mais produit 40% de la filière ce qui en fait le plus gros producteur encore à ce jour. D’où le réel intérêt de l’amener à faire cohabiter toutes les acteurs de la filière et légitimer son rôle de service public régulateur.
« Une coopérative forestière n’a aucun intérêt à ce que cela reste un puits de biodiversité et de carbone alors que l’ONF si. Mais aujourd’hui, sous forte pression du gouvernement actuel, la logique le presse de devenir rentable et il entre dans une dynamique de privatisation sans plus aucun moyen humain. »
Son rôle arbitral s’en trouve tronqué dans cette perspective,

et la problématique des coupes rases devient d’ailleurs un sujet chaud à la hauteur de ces tensions. La montée en puissance des groupements forestiers citoyens en attestent chaque jour plus. En lieu et place de l’état, les citoyens s’organisent.
« Depuis le Covid, les citoyens se mobilisent beaucoup plus pour leur bulle d’oxygène que représentent les forêts, et les groupements forestiers comme dans le Morvan se multiplient pour stopper les avancées de l’industrie et recréer finalement un biotope à la hauteur de leur terroir ».

Légiférer, la 3ème voie?

 Les élus, eux aussi, ont décidé d’outiller leurs territoires de possibilités salvatrices pour les forêts. En atteste la proposition de loi déposée début janvier de Sophie Panonacle, députée Renaissance de Gironde qui propose une incitation fiscale bonifiée pour la sylviculture à couvert continu (taux d’aide passé de 25% à 40%). L’objectif ici est de produire du bois d’œuvre de bonne qualité, avec des arbres de bonne vitalité sans faire de coupe rase ni de renouvellement brutal.
La loi propose aussi l’interdiction du dessouchage en forêt qui saccage les parcelles et leurs sols, l’interdiction de la récolte de bois de diamètre inférieur à 7 centimètres, et le renforcement du droit de préemption lors d’une mise en vente de forêt pour les communes et l’Etat.
Les coupes rases seraient enfin définies et encadrées dans la loi. Mais les modalités restent à définir à ce jour. Une ouverture ici concertée entre élus de tous bords depuis le mois d’octobre qui prennent à bras le corps la problématique en lieu et place du pouvoir de l’Elysée.

 

Pour mieux comprendre les enjeux de l’industrie sylvicole, regardez cette enquête éclairante du très pédagogue Vincent Verzat de « Partager c’est sympa »:

Enquête de Vincent Verzat c’est ici !!

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Les paysans de la Zad, peuple de la forêt

Notre-Dame-des-Landes, Loire-Atlantique....

Des racines et des fruits : manger forêt

Les arbres, bocages et forêts regorgent de...

Faire renaître la forêt angevine

Deux ans après l’incendie qui a ravagé près de...

Reprendre la forêt

Sur la ligne haute de l’engagement, Régis...

Face au risque incendie, quel avenir pour les forêts françaises ?

D’ici 2050, la quasi-totalité du territoire...

Une forêt d’Anjou nourricière

A Jarzé, dans le Maine-et-Loire, Quentin Crusson...